23 novembre 2021

Consigne d'écriture 2122-10 du 23 novembre 2021 : Phonèmes et mot caché

Phonèmes et mot caché (1)

 


Choisissez un thème d’écriture dans la colonne de gauche et insérez dans votre texte un maximum des mots qui figurent en face dans la colonne de droite juste en face (sans prendre ceux du dessus ou du dessous).

Quand vous aurez écrit votre texte, revenez cliquer ici.

La Russie
2122-10 Consigne Russie_

Karamazov Kalachnikov Anna Karénine calamité cabaret cabriolet cache-cache cache-nez cachot cadavre cafardeux vodka caftan calèche calfeutrer califourchon camarade canaille canasson canon capitaine canular capharnaüm caporal capote carabine caravane caricature carnaval carrément casaque caserne casse-cou casse-croûte casse-noisette cataplasme catéchisme cavalerie caverne caviar 

L’Italie
2122-10 Consigne drapeau-d-italie

Niais niche nichon nickel nigaud nihilisme nippes tortellini Panzani nirvana sainte-nitouche niveau agonie avanie cacophonie calomnie Campanie cérémonie colonie érotomanie embrouillamini macaroni fini déni Goldoni infini impuni affinités nenni Paganini Rimini Pasolini Rossini génie harmonie insomnie ironie litanie mélomanie monotonie nymphomanie symphonie zizanie vilenie 

L’Espagne
2122-10 Consigne sticker-drapeau-espagne-coeur

Bariolé dévoilé écervelé échevelé endiablé ensorcelé étoilé immaculé isolé pelé salé zélé ukulélé galéjade allégresse indélébile léger laisse-moi tranquille malédiction légitime mêler Léman collégienne Léna lecture Léopold ailé parler maléole léthargie lait Ribot 

Paris
2122-10 consigne tour-eiffel-french-moments

Esbroufe escalade escalator escabeau escadrille escalier escalope escamoter escapade poudre d’escampette escarcelle escarmouche place de la Contr’escarpe escarpé esclaffé esclandre escogriffe escompter escorte escroc esgourde espace espagnol espèce espérer espion esprit espiègle espoir esplanade esquinter esquiver essentiel estomac esthétique essoufflé estaminet estimable estival estragon estudiantin esturgeon 

Rennes
2122-10 Consigne Rennes

Atavisme atelier atermoiement athéisme athlète atlantique atlas atmosphère atoll atome atomiser atone atours atout atrabilaire atroce atrophie attablé attachant attachement attaquant attardé atteindre attelé attenant attendre attendrir attendrissant attendu que attentat attentif attention attentisme attentivement atténuer atterré atterrir attester attiédir attifé attirail attirant attiser attouchement attraction attrait attrape-nigaud attribuer attrister attrouper 

Une histoire au temps
des Trois mousquetaires

2122-10 Consigne 9782413024866-001-X

Péché peccadille péquenot pécore pécule pécuniaire pédagogie pédant pédigree peigne-cul Pégase peignoir péripétie pêle-mêle pénétrer pénible pénitencier pénombre pépin péplum pénurie pépite percée percuter percheron perfection péril périlleux période malepeste pericoloso pelle à tarte périr appétit Pérou épée périscope Pépé pétarade pellicule napé Pénélope péril période pétunai imperturbable péremptoire pénitence opéré 

 

 

Posté par Joe Krapov à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Consigne d'écriture 2122-10 du 23 novembre 2021 : Phonèmes et mot caché (2)

Phonèmes et mot caché (2)

 

N'appliquer ceci qu'après avoir écrit votre texte (pour découvrir ce dont il est question, faites un clic gauche sur votre souris, maintenez le enfoncé et descendez au bas de la page)

Si vous avez écrit sur

La Russie, remplacez toutes les sonorités "ka" ou "ca" par "Kalinka"

L'Italie, remplacez toutes les sonorités "ni" par "Fellini" ou "Panzani"

L'Espagne, remplacez toutes les sonorités "lé" ou "lai" par "Olé olé"

Paris, remplacez toutes les sonorités "es" par "Lutèce"

Rennes,  remplacez toutes les sonorités "at" par "Condate"

Les Trois mousquetaires, remplacez toute les sonorités "pé" par "KPDP"

Posté par Joe Krapov à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Premier de classe / Adrienne

2122-10 Consigne Russie_

– Quoi c’était un canular, peut-être, quand tu disais qu’on irait à Vladivostok avec le Transsibérien, tous les deux ? Ou tu te débines ?

– Mais non, mais non ! C’est tout à fait sérieux ! La preuve : j’apprends le russe ! Oui, carrément !

Il montra un petit livre à la couverture rouge :

– Tu vois ? Je ne suis qu’à la lettre C, cabaret, cache-nez, cachot, cadavre…

– C’est une blague ? A quoi ça va nous servir, des mots pareils ?

– Je les apprends, c’est tout ! Ça n’existe pas, des mots inutiles ! Moi ce que je veux, c’est être capable d’avoir des vraies conversations avec les gens qu’on rencontrera en route, que ce soit un lecteur des Frères Karamazov ou un caporal qui rentre à la caserne.

– Pfff… ce que je vois surtout, c’est que tu veux encore une fois être le premier de la classe ! Tu sais ce que j’en pense, c’est une vraie calamité d’être comme ça ! Moi quand je voyage, il me suffit de savoir commander una cerveza quand je suis en Espagne ou une vodka quand je serai en Russie. Point barre !

***

Version avec le mot caché dévoilé

– Quoi c’était un kalinkanular, peut-être, quand tu disais qu’on irait à Vladivostok avec le Transsibérien, tous les deux ? Ou tu te débines ?

– Mais non, mais non ! C’est tout à fait sérieux ! La preuve : j’apprends le russe ! Oui, kalinkarrément !

Il montra un petit livre à la couverture rouge :

– Tu vois ? Je ne suis qu’à la lettre C, kalinkabaret, kalinkache-nez, kalinkachot, kalinkadavre…

– C’est une blague ? A quoi ça va nous servir, des mots pareils ?

– Je les apprends, c’est tout ! Ça n’existe pas, des mots inutiles ! Moi ce que je veux, c’est être kalinkapable d’avoir des vraies conversations avec les gens qu’on rencontrera en route, que ce soit un lecteur des Frères Kalinkaramazov ou un kalinkaporal qui rentre à la kalinkaserne.

– Pfff… ce que je vois surtout, c’est que tu veux encore une fois être le premier de la classe ! Tu sais ce que j’en pense, c’est une vraie kalinkalamité d’être comme ça ! Moi quand je voyage, il me suffit de savoir commander una cerveza quand je suis en Espagne ou une vodkalinka quand je serai en Russie. Point barre !

Posté par Joe Krapov à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Georges et Anna / Anne J.

2122-10 Anne JAnna Karenine descendit de la calèche et serra sur son nez le cache-nez gris foncé (carrément cafardeux comme couleur !) que lui avait tricoté sa grand-mère. Ce cataplasme de laine qui gratte était indispensable pour calfeutrer la calamité de capote empruntée à la cavalerie qui lui servait de manteau.

Elle venait de rendre visite au beau capitaine Georges Karamazov, au fond de son cachot dans la vieille caserne, et avait constaté que son casse-croûte au caviar avait réjoui son camarade. La canaille avait réclamé une bouteille de vodka et Anna avait sorti de son caftan un vieux catéchisme Il avait hurlé :

- C'est un canular !

Le caporal qui montait la garde avait dévalé l’escalier casse-cou , pointant sur les amoureux le canon de sa carabine , une ancienne kalachnikov et en dévisageant Anna et sa casaque miteuse d'un regard soupçonneux avait ajouté :

- Vous vous croyez où, mademoiselle ? Ce n'est pas carnaval , pas plus qu’ une représentation du Bolchoï ou le ballet de Casse-noisette ! Qu'est-ce que c'est que ce capharnaüm ? Et là, à califourchon sur le lavabo, je rêve ou c'est un cadavre de rat ? Allez ouste ! Dehors ! 

Pourquoi le beau Georges croupissait il au cachot ? Personne ne le savait, certains disaient qu'il avait affiché une caricature de Lénine sur l’arrière de son cabriolet , d'autres que son canasson répondait au doux nom de Potemkine, d'autres encore qu'il avait conduit une caravane dans le désert de Gobi et joué à cache-cache avec les militaires de la frontière…

Quoi qu'il en soit c'est au cabaret qu'Anna allait maintenant rejoindre Tolstoï pour inventer la suite de l’histoire avant de prendre le train pour Vladivostok.

2122-10 Anne J

 

Version avec le mot caché

Anna Kalinkarenine descendit de la Kalinkalèche et serra sur son nez le Kalinkache-nez gris foncé (Kalinkarrément Kalinkafardeux comme couleur !) que lui avait tricoté sa grand-mère. Ce Kalinkataplasme de laine qui gratte était indispensable pour Kalinkalfeutrer la Kalinkalamité de Kalinkapote empruntée à la Kalinkavalerie qui lui servait de manteau.

Elle venait de rendre visite au beau Kalinkapitaine Georges Kalinkaramazov, au fond de son Kalinkachot dans la vieille Kalinkaserne, et avait constaté que son Kalinkasse-croûte au Kalinkaviar avait réjoui son Kalinkamarade. La Kalinkanaille avait réclamé une bouteille de vodKalinka et Anna avait sorti de son Kalinkaftan un vieux Kalinkatéchisme Il avait hurlé :

- C'est un Kalinkanular !

Le Kalinkaporal qui montait la garde avait dévalé l’esKalinkalier Kalinkasse-cou , pointant sur les amoureux le Kalinkanon de sa Kalinkarabine , une ancienne Kalinkalachnikov et en dévisageant Anna et sa Kalinkasaque miteuse d'un regard soupçonneux avait ajouté :

- Vous vous croyez où, mademoiselle ? Ce n'est pas Kalinkarnaval, pas plus qu’ une représentation du Bolchoï ou le ballet de Kalinkasse-noisette ! Qu'est-ce que c'est que ce Kalinkapharnaüm ? Et là, à Kalinkalifourchon sur le lavabo, je rêve ou c'est un Kalinkadavre de rat ? Allez ouste ! Dehors ! 

Pourquoi le beau Georges croupissait il au Kalinkachot ? Personne ne le savait, certains disaient qu'il avait affiché une KalinkariKalinkature de Lénine sur l’arrière de son Kalinkabriolet, d'autres que son Kalinkanasson répondait au doux nom de Potemkine, d'autres encore qu'il avait conduit une Kalinkaravane dans le désert de Gobi et joué à Kalinkache-Kalinkache avec les militaires de la frontière…

Quoi qu'il en soit c'est au Kalinkabaret qu'Anna allait maintenant rejoindre Tolstoï pour inventer la suite de l’histoire avant de prendre le train pour Vladivostok.

Posté par Joe Krapov à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Salade russe / Jean-Paul

« C’est un joli nom, Kalinkamarade » qu’il chantait, jadis, le Jean Ferrat.

C’est vrai et je sais gré aussi aux Kalinkamarades Kalinkarpov et Kalinkasparov d’avoir agrémenté certaines de mes soirées grâce aux KalinkavalKalinkades de leurs pièces sur les soixante-Kalinkatre Kalinkases de l’échiquier, même si, encore aujourd’hui, je ne suis pas vraiment en Kalinkapacité d’entraver grand’ chose à tous leurs Kalinkalculs.

Mais pour de vrai, les tovarichtchi de l’année 1968 avec leurs chars en Tchécoslovaquie, je suis d’accord moi aussi pour les juger Kalinkalamiteux.

Le bilan de ce socialisme-là, globalement positif ? Globalement Kalinkafardeux, oui !

Ils nous ont laissé quoi, les StenKalinka Razine, les Stakhalinkanov et les Popov à part les Kalinkanons du croiseur Aurore et l’effiKalinkacité de la Kalinkalachnikov ? Poutine après Raspoutine ? Un Kalinkapharnaüm gouverné par les Kalinkanailles du KGB ?

Peut-on encore sauver l’âme russe ? C’est quoi l’âme russe ? Des Kalinkanassons qui tirent la troïkalinka des frères Kalinkaramazov dans la steppe enneigée ? Des pelisses, des Kalinkaftans, des Kalinkapotes militaires jeté·e·s sur le divan du vestibule tandis que près du poêle, Kalinkalfeutrée dans le salon des Dourakine, Anna Kalikarénine qui a gardé son Kalinkache-col et sa chapkalinka au sortir de la Kalinkalèche discute Kalinkatéchisme avec Sophia Rostopchina, comtesse de Ségur, en faisant grand Kalinkas des toasts au Kalinkaviar et de la vodKalinka qu’a apportée le Kalinkapitaine Strogonoff, Mikhail de son prénom, qui fait un effet bœuf à ces dames en mimant et KalinkariKalinkaturant la vie de sa Kalinkaserne ? Le voilà présentement qui raconte, à Kalinkalifourchon sur une chaise, ses hauts faits de Kalinkavalerie, menteur comme un dentiste et vantard comme un pilier de Kalinkabaret !

L’URSS ? Un Kalinkarnaval ! La Russie ? Un Kalinkanular divin, des coups de Kalinkarabine ou de pied au cul qui se perdent dans la taïgabegie des jours transis de froid ! Combien de Kalinkadavres dans l’histoire ? Un bilan Kalinkarrément Kalinkatastrophique ! Une Bérézina Kalinkafkalinkaïenne !

Que sauver de tout cela à part la Kalinkaravane des martyrs du goulag et de l’iniquité, Politovskalinkaïa, Navalny et tant d’autres ?

Tchekhov, peut-être ? Ce drôle de Gogol ? Et Tchaïkovski sûrement pour son « Lac des cygnes » et son « Kalinkasse-noisette ». J’y ajouterais bien pour ma part les Choeurs de l’Armée rouge mais – Malepeste ! Ventre Saint-gris ! Bastos et zakouski ! - une aviation défaillante à fait passer à la trappe la moitié de cette troupe de musiciens ! *

La Russie ? Dans le concert des nations une Kalinkacophonie suivie d’un grand silence blanc !


* C’était le 25 décembre 2016. Bientôt cinq ans. Joyeux Noël quand même, Kalinkamarades russes !
 

***

Version sans le mot caché

« C’est un joli nom, camarade » qu’il chantait, jadis, le Jean Ferrat.

C’est vrai et je sais gré aussi aux camarades Karpov et Kasparov d’avoir agrémenté certaines de mes soirées grâce aux cavalcades de leurs pièces sur les soixante-quatre cases de l’échiquier, même si, encore aujourd’hui, je ne suis pas vraiment en capacité d’entraver grand’ chose à tous leurs calculs.

Mais pour de vrai, les tovarichtchi de l’année 1968 avec leurs chars en Tchécoslovaquie, je suis d’accord moi aussi pour les juger calamiteux.

Le bilan de ce socialisme-là, globalement positif ? Globalement cafardeux, oui !

Ils nous ont laissé quoi, les Stenka Razine, les Stakhanov et les Popov à part les canons du croiseur Aurore et l’efficacité de la Kalachnikov ? Poutine après Raspoutine ? Un capharnaüm gouverné par les canailles du KGB ?

Peut-on encore sauver l’âme russe ? C’est quoi l’âme russe ? Des canassons qui tirent la troïka des frères Karamazov dans la steppe enneigée ? Des pelisses, des caftans, des capotes militaires jeté·e·s sur le divan du vestibule tandis que près du poêle, calfeutrée dans le salon des Dourakine, Anna Karénine qui a gardé son cache col et sa chapka au sortir de la calèche discute catéchisme avec Sophia Rostopchina, comtesse de Ségur, en faisant grand cas des toasts au caviar et de la vodka qu’a apportée le capitaine Strogonoff, Mikhail de son prénom, qui fait un effet bœuf à ces dames en mimant et caricaturant la vie de sa caserne ? Le voilà présentement qui raconte, à califourchon sur une chaise, ses hauts faits de cavalerie, menteur comme un dentiste et vantard comme un pilier de cabaret !

L’URSS ? Un carnaval ! La Russie ? Un canular divin, des coups de carabine ou de pied au cul qui se perdent dans la taïgabegie des jours transis de froid ! Combien de cadavres dans l’histoire ? Un bilan carrément catastrophique ! Une Bérézina kafkaïenne !

Que sauver de tout cela à part la caravane des martyrs du goulag et de l’iniquité, Politovskaïa, Navalny et tant d’autres ?

Tchekhov, peut-être ? Ce drôle de Gogol ? Et Tchaïkovski sûrement pour son « Lac des cygnes » et son Casse-noisette. J’y ajouterais bien pour ma part les Choeurs de l’Armée rouge mais – Malepeste ! Ventre saint-gris ! Bastos et zakouski ! - une aviation défaillante à fait passer à la trappe la moitié de cette troupe de musiciens ! *

La Russie ? Dans le concert des nations une cacophonie suivie d’un grand silence blanc !

* C’était le 25 décembre 2016. Bientôt cinq ans. Joyeux Noël quand même, camarades russes !

Posté par Joe Krapov à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Capitale / Laura

Certains la disent capitale de l’esbroufe immobilière. D’autres parlent de l’escalade de l’anti-voiture. Moi, quand j’ai pris, en octobre, l’escalator du Forum des Halles pour remonter à la surface, l’escadrille des bâtiments haussmanniens m’a sauté au visage. L’escalier de la Bourse du commerce m’a permis d’escamoter un moment mon chagrin en m’offrant une escapade dans l’art. Celui-ci nous permet de prendre la poudre d’escampette pour l’idéal et de mettre dans notre escarcelle des moments de grâce. L’escarmouche oppose l’intelligence à la bêtise. 

2122-10 Laura - place-contrescarpe-home

Place de la Contr’escarpe, j’ai pleuré avant de prendre un chemin escarpé vers l’architecture et la beauté. Alors je me suis esclaffée : un escogriffe faisait un esclandre sans escompter l’intelligence des parisiens qui firent une escorte d’indifférence à cet escroc dont les propos haineux étaient tombés dans l’esgourde des sourds, préférant leur musique et l’espace de leurs livres en espagnol écrits par une espèce d’estudiantin attardé.

Le nombre de livres dans le métro parisien laisse espérer que l’esprit français n’est pas mort.

Espiègle espion , qui entre en ces lieux, n’abandonne pas tout espoir [1] !

Sur l’esplanade du Trocadéro, je me suis esquinté les yeux pour voir l’essentiel alors que mon estomac criait famine ! Essoufflé, mon esprit demandait une escalope dans un estaminet pour remplacer un moment l’esthétique par un estimable soufflé d’esturgeon à l’estragon en entrée, bienvenu hors du temps estival.

[1] https://www.poetica.fr/poeme-1448/charles-baudelaire-chacun-sa-chimere/

***

Version avec le mot caché dévoilé

2122-10 Laura - bourse_de_commerceCertains la disent capitale de la Lutècebroufe immobilière. D’autres parlent de la Lutècecalade de l’anti-voiture. Moi, quand j’ai pris, en octobre, le Lutècecalator du Forum des Halles pour remonter à la surface, la Lutècecadrille des bâtiments haussmanniens m’a sauté au visage. Le Lutècecalier de la Bourse du commerce m’a permis de Lutècecamoter un moment mon chagrin en m’offrant une Lutècecapade dans l’art. Celui-ci nous permet de prendre la poudre de Lutècecampette pour l’idéal et de mettre dans notre Lutècecarcelle des moments de grâce. La Lutècecarmouche oppose l’intelligence à la bêtise.

Place de la Contr’Lutècecarpe, j’ai pleuré avant de prendre un chemin Lutècecarpé vers l’architecture et la beauté. Alors je me suis Lutèceclaffée : un Lutècecogriffe faisait un Lutèceclandre sans Lutècecompter l’intelligence des parisiens qui firent une Lutècecorte dindifférence à ce Lutècecroc dont les propos haineux étaient tombés dans la Lutècegourde des sourds préférant leur musique et le Lutècepace de leurs livres en Lutècepagnolécrits par une Lutècepèce de Lutècetudiantin attardé.

Le nombre de livres dans le métro parisien laisse Lutècepérer que l’Lutèceprit français n’est pas mort. 

Lutècepiègle Lutècepion qui entre en ces lieux, n’abandonne pas tout Lutècepoir[1] ! 

Sur la Lutèceplanade du Trocadéro, je me suis Lutècequinté les yeux pour voir l’Lutècentiel alors que mon Lutècetomac criait famine. 

Lutèc’soufflé, mon Lutèceprit demandait une Lutècecalope dans un Lutècetaminet pour remplacer un moment la Lutècethétique par un Lutècetimable soufflé de Lutèceturgeon à Lutècetragon en entrée, bienvenue hors du temps Lutècetival.

 

 

Posté par Joe Krapov à 06:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :