1

 

AE1920-27 JK chevaliers

L’aveugle du pont du Change
A coup de nuit assassine
S’est mué en mal étrange
Qu’un sort fatal nous destine.

Que se passe-t-il dans ma tête ?
J’entends les petits soldats :
Ils vont combattre la bête
Au son des Ave Maria

Et le soir j’ouvre grand ma fenêtre
Pour n’être rien qu’habité par la foi
Et j’applaudis du profond de mon être
Les gens qui vont sur le chemin de croix

2

AEV 1920-27 JK _1280_anonyme_heritage_image_gettyimagesLa chanson trop monotone
Des malheurs et de la guerre !
S’il fallait que sur la terre
Un vieux troubadour entonne

La complainte de l’oiseau
Pour que, sourde, elle décline,
Je prendrais ma mandoline
Pour lancer ce chant nouveau

Et si ma joie est tombée dans l’herbe
Pour que tu chantes la vie avec moi
Je trouverais les mots les plus superbes
J’écrirais la plus belle chanson qui soit

3

 

AEV 1920-27 JK _navigation

Comme un vieux morceau de bois
Sur une petite plage
Quand le vieil arbre sera
Mort d’avoir dépassé l’âge

Une autre vie recommence !
Notre monde un jour verra
Les matins bleus de l’enfance
Car toujours la mer est là.

Un peu de sang breton dans nos veines
Les mains trempées au creux de l’océan
C’est la complainte du roi et de la reine
Qui nient l’automne au profit du printemps.

4

AEV 1920-27 chanson a-boire_noel_medieval_XIIIeJe ne sais pas trop pourquoi
J’ai des petites fleurs bleues
Sur ma route, sous mes pas
Sur notre histoire, sur nos jeux.

Est-ce que tout s’en va déjà ?
Faut-il dire alors adieu ?
Est-ce que tu me reviendras,
Ronde autour d’un monde heureux ?

Il faut danser, Marie, dans les guinguettes !
Elle était si jolie notre aventure !
A nos amours, trinquons, choquons fillettes,
Ca fait aimer la vie, soyez en sûre


N.B. Peut se chanter sur l'air de "File la laine" de Jacques Douai

N.B. Ecrit d’après les gestes (barrières ?) suivants :

- Applaudir à sa fenêtre à 20 heures
- Empoigner sa guitare pour chanter des chansons
- Ecrire dans son cahier ou devant son écran
- Tremper ses mains dans l’eau (pour faire la vaisselle !)
- Remplir son verre de vin blanc (on est revenu au Sylvaner et au Riesling après une longue fréquentation du Bergerac moelleux)