L'Atelier d'écriture de Villejean

14 octobre 2020

Consigne d'écriture 2021-05 du 13 octobre 2020 : Mots en toc et formules en tic

Mots en toc et formules en tic

 

AEV 2021-05 Consigne Frédéric Pommier

"Mots en toc et formules en tic" est un livre de Frédéric Pommier consacré à des tics de langage ou expressions toutes faites qu'on entend beaucoup ces derniers temps. La liste des entrées de ce "dictionnaire médical" figure ci-dessous.

Utilisez un maximum des mots ou expressions, sinon tous, et répétez les plusieurs fois s’il le faut, dans un texte qui pourra prendre la forme d’un discours officiel ou d’une interview radio-télévisée.

N.B Il est interdit d’utiliser les mots « coronavirus » ou « covid-19 » dans votre texte (mais pas d’en parler !).


Une foule d’anonymes - Sous haute surveillance - Bras de fer - Monter au créneau - C’est clair - Comme vous le savez - Revoir sa copie - Un couac - Décalé - Au chevet - Du coup - Dans l’entourage - Fameux - Faut-il avoir peur - C’est frais - ADN - Du grand n’importe quoi - Grogne - J’hallucine - Que du bonheur - Improbable - Incontournable - Juste - Jeune femme - J’ai envie de rebondir - A la maison - Reprendre la main - Perdre la vie - Le dernier des grands - C’est énorme - Ou pas - Ne bougez pas - Vous êtes en train de me dire - Plutôt - Le Quotidien - Revisiter - J’ai le sentiment - Et en même temps - Surréaliste - J’ai envie de vous demander - En effet - Tout à fait - C’est pas faux - Très attendu - Merci infiniment - On vient de l’apprendre - J’adore - Vrai - Voilà - Jeune loup - Cocher toutes les cases.

Vous pouvez utiliser aussi les métaphores musicales suivantes :

Pianissimo - Crescendo - Battre son plein - Trouver son point d’orgue - Un jeu de chaises musicales - Un concert de protestations - Une précision de métronome - Jouer du pipeau - Jouer sur la corde sensible - Donner de la voix - Donner le la - Accorder nos violons - Pisser dans un violon - Fausses notes - Tirer la sonnette d’alarme - En fanfare - Un autre son de cloche - S’entendre comme larrons en foire - Siffler la fin de la récréation - Une monstrueuse cacophonie - Etre le chef d’orchestre de - Jouer sa partition - Une totale improvisation - Un ténor - Mettre un bémol - Aller plus vite que la musique.

Posté par Joe Krapov à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


13 octobre 2020

L'Atelier d'écriture de Villejean / Anne-Françoise

Mes bien chers scribouilleurs, mes bien chères scribouilleuses de Villejean, de Rennes, de France et de Navarre et d’au-delà,

Je prends la parole devant vous ce soir pour vous inviter à nous rejoindre, nous, les scribouilleurs et scribouilleuses de la salle Mandoline de la Maison de Quartier de Villejean tous les mardis soir de 18 h 30 à 20 h 30.

Pourquoi ? Eh bien, je vais vous le dire tout de suite : parce que c’est que du bonheur ! C’est clair !
Pourquoi ? Eh bien, je vais vous le dire : parce que j’adore, c’est clair !
Pourquoi ? Eh bien, je vais vous le dire : parce que c’est clair… 

Jean-Paul the Boss

Bon, je vais vous expliquer comment ça se passe. D’abord, Jean-Paul, notre chef d’orchestre, nous donne le la : la consigne qui parfois génère des soupirs ou un concert de protestations voire une monstrueuse cacophonie entre ceux qui demandent des explications sur cette consigne, ceux qui estiment qu’elle est trop contraignante et ceux qui pensent qu’elle ne l’est pas assez ! Et Jean-Paul doit donner de la voix pour qu’il n’y ait pas de couac. L’animation bat donc son plein un petit temps, pour la forme, puisque chacun joue ensuite sa partition, silencieusement ou presque, avec son crayon, pour une totale improvisation.

Après environ une heure, Jean-Paul siffle la fin de la création. On passe alors au temps où chacun lit son texte. Et là, scribouilleurs, scribouilleuses, c’est énorme ! J’adore, c’est clair ! C’est juste énorme ! A partir d’une même consigne, on aboutit à des textes très différents.

Parfois, c’est frais, c’est adorable. C’est un quotidien revisité tout en poésie. On savoure, on écoute, on se délecte…

Parfois, c’est décalé, complètement décalé ! Du coup, on sourit. Ce peut être surréaliste et même plus. J’ai envie de demander à mes co-scribouilleurs et co-scribouilleuses de la salle Mandoline comment ils ont pu penser à ça. La fantaisie bat son plein. J’adore !

AEV 2021-05 200929 285 010

D’autres fois encore des textes jouent sur la corde sensible, souvent délicatement, discrètement. C’est l’ADN qui est là, pianissimo, les émotions qui reprennent la main.

D’autres fois, c’est un son de cloches plus revendicatif, une critique sociale, une grogne liée à des événements ou à nos politiques, jeunes loups ou pas, qui nous jouent du pipeau ! Du coup, le rire est plus moqueur.

D’autres fois, j’hallucine ! C’est du grand n’importe quoi ! c’est énorme : jeux de mots, idées folles, situations improbables, tout y passe et même plus, c’est clair ! De quoi placer les scribouilleurs, scribouilleuses de ces textes sous haute surveillance tellement c’est déjanté. Et là, c’est clair, franche rigolade !

Et vers 20 h 30, Jean-Paul siffle la fin de la récréation. Faut-il avoir peur de l’atelier d’écriture de la MQV ? Non ! C’est clair. C’est l’atelier incontournable pour tout scribouilleur, scribouilleuse qui se respecte ou pas. Tout à fait. C’est clair.

Anne-Françoise (2)Après le temps de lecture, il n’y a pas de critique : il ne s’agit pas d’un atelier de travail pour améliorer son écriture en revoyant sa copie. Le but est d’abord de s’amuser, non de viser des progrès dans la rédaction pour un projet particulier. C’est un atelier où on ne risque jamais de fausses notes.
Et comme vous le savez sûrement, tellement les rires dans la salle Mandoline doivent résonner dans les couloirs de la MQV, dans Rennes et bien au-delà, il y a une joyeuse ambiance, les scribouilleurs-scribouilleuses s’entendant comme des larrons en foire. C’est ce qui me donne l’occasion de dire « Merci infiniment » à tous pour ces bons moments.

Alors, scribouilleurs, scribouilleuses de Rennes, de France, de Navarre et au-delà, j’ai envie de dire « Rejoignez-nous »… quand le gngngngnminus aura disparu, pour qu’on puisse dépasser la jauge de 8 !

 

N.B. La jauge est effectivement limitée à huit personnes ces temps-ci à cause du gngngngnminus. 
N.B. Les photomontages sont de Maryvonne. 

Posté par Joe Krapov à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Mots en toc et formules en tic / Raymonde

« En fait » et « Du coup » sont dans une galère. Ils n’en peuvent plus d’être utilisés à tout bout de champ. Ils sont usés, au bout du rouleau.

En fait se jette à l’eau. C’est qui qui reste ? Du coup, c’est Du coup, Ducon ! C’est juste du grand n’importe quoi ! C’est clair, Marie-Claire !

Cela vaut il le coup de perdre la vie (moins trash que mourir, trépasser, passer l’arme à gauche, rendre l’âme ?) par trop de succès ? En fait a disparu, il ne reste que Du coup. La charge est lourde et en même temps il savoure son succès, il est le seul, il tient le haut du pavé !

Mais voilà qu’insidieusement apparaît "Et en même temps" ! Celui-là commence à prendre beaucoup de place, surtout depuis que notre Président (Manu, pas le camembert !) l’a remis sur le devant de la scène !

AEV 2021-05 Raymonde - En me^me temps Macron Sanaga

- Faut-il avoir peur de l’invisible ennemi ? Je dis non et non et en même temps si et si !
- Je dis qu’il y a des masques pour tout le monde et en même temps... heu...
- Je vais vous dire toute la vérité et en même temps...euh...

Il ne sait plus sur quel pied danser. Jean petit qui danse, Jean petit qui danse, sur un pied il danse... Sur un pied ? Mais on perd vite l’équilibre ! Hé, Manu, tu descends (dans les sondages ) ? Du coup le danseur sur un pied se retrouve dans la galère lui aussi et ils sont nombreux à le rejoindre.

Rame, rameurs, ramez ! Qui sera le prochain à se jeter à l'eau ? Se jeter à l’eau, ce n’est que du bonheur si elle est chaude et turquoise sous les tropiques mais si c’est dans l’eau d’un puits sans fond ? On ne remonte jamais ! Ça fait froid dans le dos !

Posté par Joe Krapov à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Discours du chef d’orchestre aux musiciens avant le concert / Marie-Thé

AEV 2021-05 Chef d'orchestre Marie-Thé

Vous êtes en train de me dire que vous avez le trac. Détendez-vous, amis chanteurs et musiciens. Avant d’entrer en scène, nous ferons juste quelques mouvements de relaxation. Voilà.

Vous êtes en train de me dire que nous aurons du mal à accorder nos violons. C’est pas faux. Moi je suis certain que nous allons nous entendre comme larrons en foire et que notre concert ne sera pas une monstrueuse cacophonie, ni du grand n’importe quoi. Choristes, n'allez pas plus vite que la musique. A chacun de trouver son point d’orgue et de donner de la voix à mon signal.

Pianiste, attention, pas de couac comme au fameux concert de la semaine dernière qui était, je dois le reconnaître, d’une totale improvisation ! Violonistes, accordez vos instruments avec une précision de métronome. Pas de fausses notes. Lorsque la musique va battre son plein, jouez en fanfare avec les choristes. C’est clair ?

Comme vous le savez, Nous serons sous haute surveillance. En effet, on vient de l’apprendre, le Maire et ses adjoints, ces jeunes loups de la politique, assisteront au concert. De plus, une foule d’anonymes n’espèrent que du bonheur de notre prestation. Nous sommes très attendus. C’est pas faux. Alors faut-il avoir peur de monter au créneau ?

AEV 2021-05 marie-Thé Chef d'orchestre 2gif

Et maintenant, je vais jouer sur votre corde sensible. Etre votre chef d’orchestre j’adore. Vraiment, j’adore. Voilà. Lorsque je vais siffler la fin de la récréation, j’ai le sentiment que nous aurons réalisé une prestation surréaliste. Juste un dernier mot, nous ne sommes pas les derniers des grands. En effet soyons prétentieux. C’est plutôt un gage de réussite. C’est clair. Du coup allons-y, montons au créneau !

Posté par Joe Krapov à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Discours pour ici ou là (majeur) / Maryvonne

AEV 2021-05 Maryvonne conservatoire

Comme vous le savez, nous voilà réunis, sous haute surveillance, pour inaugurer le conservatoire de musique dans le quartier du Blosne. C'était totalement improbable.

Faut-il avoir peur ? J'hallucine, j'entends, et c'est énorme, une foule d'anonymes qui scandent crescendo : «Que du bonheur ! Que du bonheur !».

Bien entendu des « antis » ont organisé de leur côté un concert de protestations. C'est incontournable à Rennes, on envoie toujours la majorité revoir sa copie. C'était soi-disant une totale improvisation, une monstrueuse cacophonie, un concert de fausses notes.

Pensez donc ! Un conservatoire de musique dans un quartier populaire, c'était trop décalé, ce serait un couac, du grand n'importe quoi ! Juste quitter la rue Hoche c'était déjà surréaliste mais ne plus voir Saint-Melaine, le Thabor et la boulangerie aux petits pains bio aux noix. NON !

AEV 2021-05 Maryvonne conservatoire 2Était-ce perdre la vie ? Quand je me suis penchée au chevet de ce projet, je me suis dit : Voilà une municipalité de gauche qui a trouvé son point d'orgue, son ADN a parlé. L'opposition a eu beau temps de donner de la voix, c'était jouer du pipeau et pisser dans un violon.

Cette bonne vieille ville de Rennes qui fût tellement bourgeoise, tellement conservatrice a joué sa nouvelle partition et je félicite le chef d'orchestre. Nous allons revisiter l'avenir des quartiers. Vous êtes en train de me dire qu'il y a là de jeunes loups qui gâchent le quotidien, c'est pas faux, en effet, et que vous êtes prêts à mettre un bémol à cette innovation.

Moi je vous dirai, sans vouloir jouer sur la corde sensible, qu'un enfant n'a pas encore de grandes dents mais déjà de bonnes oreilles et s’il trouve à sa porte une bonne école de musique et qu'à la fin tous ces jeunes de tous horizons s'entendent comme larrons en foire alors j'adore et je dis merci infiniment. Voilà !

Je ne suis pas une « béni-oui-oui ». Non, la municipalité ne coche pas toutes les cases, c'est la raison pour laquelle dans ce cas précis je dois dire que ce projet très attendu du conservatoire doit être mis au-devant de la scène et inauguré en fanfare. Merci encore de votre attention.

Posté par Joe Krapov à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


99 dragons : exercices de style. 58, Pandémique avec mots en toc et formules en tic

wizard 06

C’est le roi, perché en haut de son donjon, qui s’adresse à la foule de ses sujets.

« Mes chers compatriotes

Ce qui nous arrive, c’est tellement décalé que c’est énorme ! C’est clair que c’est du grand n’importe quoi ! Pour autant, faut-il avoir peur de ce dragon qui vient de franchir nos frontières ? Ou pas ? Faut-il céder à la récrimination, à la grogne ? Ou pas ?

J’entends mugir dans nos campagnes les paysans qui donnent de la voix. Une foule d’anonymes fait entendre un concert de protestations. Comme vous le savez, il est normal que le citoyen tire la sonnette d’alarme en cas de danger. Vous êtes en train de me dire que vous souffrez mais je sais aussi qu’être plus réfractaire qu’une brique, défiler en fanfare, émettre un autre son de cloche c’est dans notre ADN commun.

wizard 03J’ai quand même le sentiment que certains parmi vous vont plus vite que la musique, c’est clair, et j’ai envie de vous demander de mettre un bémol à cette monstrueuse cacophonie. Quand j’entends dire ici ou là que certains parmi nous risquent de perdre la vie, j’hallucine ! C’est vrai, c’est du grand n’importe quoi ! Aussi est-il l’heure d’accorder nos violons. Reconnaissez-le : jusqu’à présent le dragon ne dévore que de vieux moutons blancs ! Il n’y a pas mort d’homme que je sache ! C’est finalement quelque chose de très attendu de la part d’un animal carnivore. Il faut manger pour vivre, c’est incontournable. L’estomac de ce larron a, il faut le reconnaître, une régularité et précision de métronome et je vous entends bien quand vous nous accusez d’aborder ce problème nouveau en faisant preuve d’une totale improvisation. C’est pas faux quelque part mais j’ai envie de rebondir.

wizard 01
C’est vrai, nos frontières auraient dû être placées sous haute surveillance. Tout à fait. Une fois le jeune loup entré dans la bergerie, notre chevalerie, nos fameux chevaliers, auraient dû monter au créneau, engager un bras de fer avec la bête féroce. J’adore pour ma part le cliquetis des colichemardes, les coups d’estoc et de taille, l’escrime et le châtiment, les duels au couteau avec du vrai sang qui gicle hors de vraies entrailles. Ou pas. De plus quand le combat se passe à la maison, c’est que du bonheur ! Un bon bourre-pif des familles, c’est frais, c’est revigorant. Sauf qu’il y a eu un couac, juste un petit couac mais un couac quand même : dans l’entourage de votre roi la panique a battu son plein, la trouille est allée crescendo. C’est clair, ce fut surréaliste et lamentable. J’ai beau être le chef d’orchestre de cette bande de clampins, je n’ai ouï que des fausses notes. Au jeu de chaises musicales de la débine ils ont tous gagné… le large ! Ces gougnafiers se sont entendus comme larrons en foire pour s’esbigner devant le péril. Voilà, c’est comme ça. Cela a fait dire à mon bouffon « Chevalerie de me faire la belle en ce mouroir », un jeux de mots que je n’ai pas bien compris parce qu’il l’a sorti un jour qu’il jouait du pipeau, une chose que je ne fais pas aujourd’hui en m’adressant à vous, je vous l’assure.


Bien sûr, j’aurais pu dans ces conditions, pour nous sauver la mise, convoquer les services d’un ténor de la castagne, d’un cador, d’un Terminator, d’un matador capable de buter ce butor qui est entré dans le décor pour piller nos trésors. Mais nous avons rechigné à faire appel aux Dératiseurs de Saint-Georges. S’en remettre à un mercenaire étranger, qui plus est chrétien et prosélyte, merci infiniment mais, sans jouer sur la corde sensible d’un nationalisme suranné, c’eût été comme revisiter les fondements de notre pacte social, culturel, cultuel et éthique – et toc !

wizard 04C’était juste improbable. J’ai refusé qu’un soldat de Dioclétien vienne jouer sa partition au chevet de notre royaume.
Et en même temps, je m’en doute bien, ce cochon de croisé aurait été capable, en négociant pianissimo, de vouloir nous convertir à sa foi voire de nous demander, en échange de ses services, la main et le reste de cette jeune femme qui m’est si chère, la princesse Léïla, ma fille unique et préférée. Plutôt crever ! 

wizard 07Et de fait, ce faisant, nous n’avons pas pour autant pissé dans un violon car notre positive attitude vient de trouver son point d’orgue. J’ai le bonheur ce soir de siffler la fin de la récréation, de reprendre la main sur le cours des événements. En effet, on vient de l’apprendre, le quotidien, votre quotidien va évoluer. Nous avons trouvé le remède qui coche toutes les cases ! Le dragon va devoir revoir sa copie ! Voilà, je vous donne le la, appuyé en cela par le conseil scientifique. Ecoutez-moi bien !

Pour lutter contre le dragon, ne bougez pas, restez chez vous ! Les tavernes seront toutes fermées à partir de demain et si vous devez sortir remplissez une autorisation dérogatoire de déplacement ! Et surtout portez un masque ! »

wizard 02

Illustrations empruntées à Brant et Parker "The Wizard of Id"

Posté par Joe Krapov à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 octobre 2020

Consigne d'écriture 2021-04 du 6 octobre 2020 : Mots français d’origine arabe

Mots français d’origine arabe



Voici une liste de mots entrés dans la langue française qui sont à l'origine des mots arabes. Insérez-en au moins dix dans un texte ou faites des petits poèmes à partir d’un ou plusieurs de ces mots.

Nos-ancetres-les-Arabes

abricot - alambic - albatros - Alcazar - alchimie - alcool - alcôve - alezan - algarade - algèbre - algorithme - almanach - amalgame - ambre - amiral - Arabe - arabesques - argousin - arithmétique - arrobase - arsenal - artichaut - assassin - aubergine - aval - avanie - avarie - ayatollah - azimut - azur - babouche - bakchich - baldaquin - baobab - baraka - barda - barde de lard - bardot - baroud - barouf - benjoin - benzène - benzine - bésef - bled - borax - bougie - brêle - brick - burnous - burqa - caban - cabas - cador - cafard - café - caftan - caïd - calfater - calfeutrer - calibre - califat - calife - camaïeu - camelot - camelote - camphre - candi - cange - caoua - carafe - carat - carmin - carvi - casbah - chamarré - charabia - charia - chéchia - cheik - chiffre - chiite - chouia - cimeterre - cithare - civette - clébard - clebs - coran - coton - couffin - couscous - cramoisi - cumin - curcuma - damas - damasquinée - derviche - dinar - dirham - divan - djebel - djellaba - djihad - djinn - douane - druze - échec et mat - élixir - émir - épinard - estragon - Fakir - fanfaron - fardeau - fatma - fatwa - fedayin - felouque - fennec - fez - fissa - flouze - fou - gabardine - gabelle - gabelou - gandoura - gaze - gazelle - gerboise – gilet - girafe - glaoui - goudron - gourbi - Guitare - guitoune - haschich - halal - halva - hammam - hardes - harem - harissa - harki - hasard - henné - imam – inch’ Allah - intifada - islam - jarre - jasmin - jupe - Kabyle - kebab - keffieh - khôl - kif - kiffer - kif-kif - lapis-lazuli - laque - lascar - lilas - lime - limonade - loukoum - luth - maboul - macache - macramé - madrague - magasin - Maghreb - Mahomet - mahométan - mamelouk - marabout - maroquin - massage - massicot - matraque - mazagran - mazout - méchoui - médina - méhari - merguez - mérinos - mesquin - minaret - mohair - moka - mollah - momie - mosquée - moucharabié - moudjahidin - moussaka - mousseline - mousson - muezzin - mufti - musc - musulman - nabab - nacre - nénuphar - niquer - noria - nouba - nuque - orange - orangeade - oranger - orangerie - Ottoman - ouate - oued - pastèque - patachon - potiron - quintal - raï - raïs - ramdam - rame - raquette - razzia - rebec – récif - roquer - roumi - sacre - safari - safran - sagaie - Sahara - Sahel - sahib - sahraoui - salafiste - salamalec - salicorne - santal - sarbacane - saroual - sarrasin - satin - savate - sequin – sérail - sidi - sirocco - sirop - smala - sofa - sorbet - soude - soufi - souk – sourate - sucre - sultan - sumac - Sunnite - taboulé - tabouret - tajine - talc - taliban - talisman - tamarin - tambour - tare - tarif - timbale - toubib - truchement - vizir – wali - walou - wilaya - zénith - zéro - zinzolin - zob – zouave.
 

Posté par Joe Krapov à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2020

Cendrillon et le djinn / Anne J.

AEV 2021-04 Anne baboucheCendrillon en s’enfuyant a laissé tomber sa babouche en vair. Mais ce n’est pas le prince charmant qui l’a ramassée, c’est un djinn en djellaba.

Il s’éloigne dans sa felouque.

 - Je vais la porter au caïd camé en caftan qui dessine des arabesques sur son almanach, ensuite j’aurai un bakchich et la baraka. Mon ancien divan ne vaut pas un dinar et je vais m’offrir un lit à baldaquin ; j’y passerai la nuit  avec la princesse !

Le djinn mit la pantoufle dans son cabas et s’en alla trouver le vizir.

- Grand Vizir, j’ai trouvé le talisman ou la timbale et le tarif c’est la main de la princesse !

Le vizir est furieux, il s’éloigne en marmonnant :

- Pour me calmer les nerfs, il me faut un massage ou bien me mettre au macramé, pour moi c’est kif-kif.

Le djinn s’interroge :

- Quel charabia parle le cheik en promenant son clebs ? Qu’importe, ce soir, pour mon mariage avec la princesse ce sera ramdam et nouba, on se gavera de sirop et de sorbets et elle sera la perle de mon harem !

AEV 2021-04 Anne harem

Posté par Joe Krapov à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Travadja la moukère / Raymonde

« Travadja la moukère 
Travadja Bono
Mets ton pied dans la soupière… » (version soft).

Quel est ce charabia ? Qui est Travadja ?
Une princesse en djellaba bien dissimulée derrière son moucharabieh qui lui apporte la fraîcheur et la possibilité de voir sans être vue.
Et qu'a-t-elle vu à l'heure où le muezzin appelle à la prière ?
Elle a vu le vizir en burnous et son clebs sortir de sa casbah comme un voleur.
Mais où va-t-il ?

Incroyable !
Le voilà en compagnie de deux moukères en burqa !
Mais qui sont-ce ?
Un traître coup de sirocco découvre le visage des deux donzelles.
Stupéfaction ! Sidération !
Nadine Marono qui adore le couscous et les bricks à l'oeuf et Marine Le Paon ! C'est donc vrai qu'elle a des amis arabes ????

AEV 2021-04 Raymonde - méhari

Le vizir, sans chichis, sans manières, se met au volant de sa méhari, invite les deux donzelles à s'installer et les voilà partis.

Mince ! Travadja les perd de vue !
Vite, vite, Travadja elle aussi emprunte son méhari (mais celui-ci à quatre pattes) et tente de suivre la méhari (vous suivez ?).

Le vizir se gare devant un gourbi où les trois individus s'engouffrent bien vite.
Travadja doit se la jouer fin !
Elle en appelle au marabout :

- Marabout, Marabout ! Rends-moi invisible !

- Travadja, compte jusqu'à 3 et, bien que tu sois grasse comme un loukoum, transparente tu deviendras !

AEV 2021-04 Raymonde - RatatouilleMais le sort ne marche qu'à moitié et la voilà transformée en souris !
Elle trottine jusqu' au gourbi, y entre le plus discrètement possible
Mais Nadine pousse des cris d'orfraie.
Le vizir se méprend, croit qu'elle a mis trop d' harissa dans son couscous mais Marine s'écrie :

- Un raton ! Un raton ! Il faut l'éliminer, l'exterminer, le pulvériser !

- Reprends-toi, Marine, ce n'est qu'une souris !

Et d'un coup de babouche, il envoie notre pauvre Travadja ad pattes REM, au paradis des souris !

Moralité : La curiosité est un vilain défaut !

***

On ne connaîtra pas la fin de l'histoire mais il paraît qu'à l'heure actuelle Marine et Nadine égrènent la semoule du couscous en compagnie des femmes du village en chantant « Travadja la moukère » (version hard) en remuant du popotin !
 

Posté par Joe Krapov à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Les Rendez-vous du sultan / Anne

Quel fourbi dans mon gourbi !

- Ma gazelle, as-tu vu ma gabardine ou mon burnous ? ».

Dans quelle tenue dois-je aller rencontrer le gabelou qui doit m’échanger un kilo de sel contre une girafe ?
Dois-je mettre un gilet ?
Mais celui-ci est plein de goudron et la gerboise a grignoté mon saroual et ma gandoura !
Ah, je sais, je vais prendre ma guitare et mon luth et lui faire des salamalecs.
Allez et retrouvons nous ce soir sur le divan cramoisi, dans ma guitoune !
Nous retirerons nos hardes et nos babouches et nous délecterons de loukoums.

AEV 2021-04 Anne loukoums

Posté par Joe Krapov à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :