L'Atelier d'écriture de Villejean

19 octobre 2021

Consigne d'écriture 2122-07 du 19 octobre 2021 : Pays imaginaires

Pays imaginaires


2122-07 Consigne - Carte topo

L’animateur vous distribue une carte d’état major au 1/25000e. En vous servant des noms de lieux et de la géographie des paysages que vous y trouverez, décrivez un ou plusieurs des pays imaginaires suivants et dites ce qu’on peut y découvrir, comment on y vit, ce qui s’y passe, etc.

Pays de mon coeur – de mes souvenirs – de mes parents – de ma naissance – où j’aimerais vivre – que j’habite – où je vis dans l’imaginaire – de l’amour – de la colère – de la haine – des nuages – du brouillard – des fleurs – des questions – du sucre et des bonbons – du sel – des cadeaux – des gâteaux – des poissons – des oiseaux – des papillons – de la poussière – des contes – de la poésie – des vieux – des enfants – des livres – des farfelus – des illuminés – des sages – des fous – des chats – des trésors – des idées – des pierres – des rêves – de l’inconscient – de l’immobilité – des matins qui se lèvent à l’envers – des idées noires et des idées roses - des fantômes rouges aux yeux bleus – des trésors de l’esprit – du savoir – des chairs à vif et des idées phosphorescentes – du mensonge – de l’insouciance – des parenthèses et des virgules.

(liste trouvée dans « Le Planteur de virgules » d’Isabelle Normand et Marie Ketline Adodo)

2122-07 Consigne - Planteurs de virgules

Posté par Joe Krapov à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Pays de mon coeur / Laura

Nous avons beaucoup déménagé, en moyenne tous les trois ans. J'ai laissé dans tous les lieux une partie de moi et inversement. C'est ce que j'appelle des paysages d'âme sur lesquels j'écris beaucoup. Au vu des circonstances de notre vie, il y a des lieux que j'ai aimé quitter (pas à cause d'eux, vous l'aurez compris) et il en est d'autres que j'ai été particulièrement triste de quitter. Il en est ainsi de ce coin de France du côté des Pyrénées, l'Ariège, à une heure de Toulouse que j'ai aussi beaucoup aimé. J'y ai pourtant vécu des moments difficiles avec de la colère et même parfois de la haine. Mais c'est l'amour qui émerge le plus de mes souvenirs. Ce n'est pas le pays de mes parents, ni de ma naissance qui est celui du mensonge et de l'hypocrisie. Des vieux ou plutôt des vieilles étaient mes amies, là-bas. Elles m'ont aimée je crois et elles m'ont offert un bel au revoir dans la langue de ce pays et j'ai toujours le coeur serré quand j'entends "Ô Toulouse".

 

Posté par Joe Krapov à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Pays des matins qui se lèvent à l'envers / Jean-Paul

Au pays des matins qui se lèvent à l’envers
Monsieur de Monquartier fait émerger un œil
Du pantalon de pyjama dont il est coiffé

Le soleil illumine
Du plus haut point du ciel
Le moulin de Madame.

Celle-ci, au miroir,
Défait la farderie
Dont elle s’était parée pour égayer la nuit.

Au pays des matins qui se lèvent à l’envers
Monsieur de Monquartier va vider bistouquette
Au Ruisson bernigouet.

L’écluse de Monportail
S’ouvre et laisse passer
Les sables de plaisance.

2122-07 Jean-Paul 1 France_-_17_-_Saint-Froult_-_Écluse_de_Monportail_et_claires_ostréicoles

Le peu des jours s’en vient :
Il faudra aujourd’hui s’en aller chercher l’eau
A la Croix des galets,

Mener les grenouillères
A la Caillèterie
Et tirer la traînasse avant qu’il soit midi
Et le soleil couché.

Au pays des matins qui se lèvent à l’envers
Quand tombent les pénardes, sur le coup de vingt heures,
Tout le monde se fait beau pour danser parpagnole…
Et s’écroule dans son lit dès les grandes Versennes !

2122-07 Jean-Paul 1 sortie_pointe_de_parpagnole

La rouillasse des jours,
La mornètrie du temps…
Jamais rien n’importune les Matinlenversois.

2122-07 Jean-Paul 1 versennes

Posté par Joe Krapov à 04:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le Pays où j'aimerais vivre / Jean-Paul

Le pays où j’aimerais vivre
C’est, près du pont de Bernichou,
Au hameau de La Bergerie.

Près des anciens moulins,
Dans le bois de Gaillard,
J’y aurais la cabane
Dont j’ai toujours rêvé.

J’irais puiser l’eau fraîche
Et l’amour à foison
Dans la fontaine de Gringoland

Car au pays où j’aimerais vivre
Personne n’a jamais rien
Contre les étrangers.

2122-07 Jean-Paul 2 Gringoland

Même au moulin de Chevrotine
On se sait de même farine,
La Polonaise et l’Asturienne,

Et les portes toujours
A la fraternité
Des quéreux et pérauds
S’ouvrent très largement.

Au pays où j’aimerais vivre
Je saurais travailler à la circasserie,
Refaire le paradis sur le chemin des Grèves,
Ramasser au verger les pièces du Champ Simon.

Pour délester les graves
De leur esprit de sérieux
Je leur ferais les ailes blanches

Et sur l’aéroport de Rochefort Saint-Agnant
Ils iraient décoller
Depuis la pierre levée.

2122-07 Jean-Paul 2 Rochefort

Au pays où j’aimerais vivre
L’enquillerie des jours,
Les griffes du hasard,
Tout le monde s’en fiche !

Ici l’avenir voisine
Avec le bois fleuri
Et les mille couleurs de l’espérance folle.

Posté par Joe Krapov à 03:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le Pays des farfelus / Jean-Paul

C’est au pays des farfelus
Qu’on peut voir le pont de Parpaing :
Il est en bois ! Il est en bois !

C’est au pays des farfelus
Que les frères Dalton
Ont tenté un hold-up
A la cabane des Casses :
Hélas, aucune banque ! Hélas, aucune banque !

C’est au pays des farfelus
Que les gens de Chie-Loup
- Chie Loup ! Chie Loup ! Chie Loup ! -
Cela fait cent sept ans
Qu’ils sont tous constipés !

2122-07 Jean-Paul 3 Chie-Loup

C’est au pays des farfelus
Que tous les ans, au pré Cornu
A lieu le festival
Des cornards, des cocus
Et des anciens vikings.

C’est au pays des farfelus
Que la route de Mouillepieds
Conduit à La Vacherie,
Qu’on peut aller de Coupe-Gorge
Aux Quatorze journaux,
De Chantemerle à Vide-Bouteille.

La goupillerie des événements,
Le grand moindreau des près de Moins,
La cacoderie des jours,
C’est au pays des farfelus qu’on n’en a cure.

C’est au pays des farfelus
Qu’on balance les soucis
Au canal de Ciré
Parce qu’on n’en a rien à !
 

2122-07 Jean-Paul 3 Canal de Ciré

Posté par Joe Krapov à 02:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


12 octobre 2021

Consigne d'écriture 2122-06 du 12 octobre 2021 : Cinq images pour une histoire

Cinq images pour une histoire

 

Ce jeu se joue avec deux dés. Lancez-les.

Le premier jet détermine qui sera le personnage central de votre histoire :

2 Un lutin (korrigan?) muni d’une lance 3 Un géant bien baraqué 4 Une sorcière à cheval sur son balai 5 Une fée avec sa baguette magique 6 Une paysanne à tablier bleu 7 Un jeune roi avec son sceptre 8 Une princesse 9 Un adolescent en baskets et casquette de rappeur 10 Un grand échalas tout maigre 11 Un chevalier avec son épée 12 Un écolier avec son cartable sur le dos

2e jet : Votre personnage se rend ou se trouve ici :

2 Dans un jardin 3 Dans un grenier 4 Dans une grotte 5 Dans un château fort 6 Sur une route de montagne 7 Sur une plage 8 Dans une cave 9 Dans une école 10 Dans un hôpital 11 Dans une chaumière 12 Dans une rue d’une grande ville

3e jet : Il y découvre un objet magique qui parle et est en manque de quelque chose :

2 Un casque de pompier 3 Une guitare 4 Une baguette 5 Une fleur 6 Un poisson rouge 7 Un livre
8 Une paire de bottes 9 Un parapluie 10 Un couteau 11 Une clé 12 Un crayon

4e jet : Expliquez pourquoi et comment ça oblige le personnage à prendre ensuite

2 Le bateau 3 Le train 4 Une fusée 5 Une montgolfière 6 Une moto 7 Un vélo 8 Un avion 10 Un paquebot 11 Un camion de pompiers 12 Un carrosse

5e jet° : Sachant que dans la suite de l’aventure interviendra...

2 Une baleine 3 Une chauve-souris 4 Une grenouille 5 Un dragon 6 Un perroquet 7 Un éléphant
8 Une poule qui pond 9 Un chat 10 Une araignée 11 Un cochon 12 Un pingouin

… racontez-nous une belle histoire avec tout ça !

Si votre imagination n’est pas suffisamment débridée par l’attribution de ces cinq éléments, vous avez toute liberté d’utiliser d’autres des éléments mentionnés ci-dessus pour nous concocter un joli petit conte déjanté pour les enfants petits et grands !

On vous offre même un fantôme, une sirène et un ogre en prime !

 Images pour conte MAB 01 princesse

 Images pour conte MAB 02 montagne

 Images pour conte MAB 03 livre

 Images pour conte MAB 04 avion

 Images pour conte MAB 05 crapaud

Illustrations de Maïck conteuse 

Posté par Joe Krapov à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Un écolier... / Laura

 

Images pour conte MAB 39 écolier

Un écolier avec son cartable sur le dos
A disparu,
Remplacé par un adolescent en baskets et casquette de rappeur
Qui est sur le chemin de son école.

Images pour conte MAB 40 rappeur

Dans cet établissement,
Chaque livre a été remplacé
Par un ordinateur
Ou une tablette
Qui parle

Images pour conte MAB 03 livre

Mais il lui manque
Une âme, une clé de papier
Pour lui ouvrir le monde
Qu'il parcourrait en train

Images pour conte MAB 29 métro

Un journal à la main
Qui attire le chat du voisin
Car ces animaux-là aiment le papier

Images pour conte MAB 38 chat

Posté par Joe Krapov à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

O comme Ogre / Adrienne

AEV 2122-06 Adrienne - pexels-photo-1029208

Photo de suntorn somtong sur Pexels.com


Images pour conte MAB 37 échalas– Tu me racontes une histoire? fit la petite.

Avec ses boucles blondes éparses sur l’oreiller et son nounours contre sa joue, il la trouva une fois de plus terriblement attendrissante.

Il ne cessait de s’étonner comment lui, un grand échalas tout pâle, tout maigre, avait réussi ce prodige : de bonnes joues roses, des petits bras dodus, tout ce petit corps adorablement potelé.

Une merveille, oui.

Images pour conte MAB 33 cave– Mais pas une histoire de cave, précisa-t-elle. Ça me fait trop peur, la cave.

– D’accord, d’accord, fit-il, je chercherai autre chose pour ce soir.

Il prit le livre magique, celui qui répond quand on lui parle et auquel il manque toujours la fin des histoires.

Images pour conte MAB 03 livre

Comme tous les soirs, il se prit la tête dans la montgolfière qui servait de mobile au-dessus du lit de l’enfant.

Images pour conte MAB 19 montgolfière

Elle rit :

– Tu oublies toujours comme tu es grand.

– Une histoire avec une grenouille, ça te va? demanda-t-il.

Images pour conte MAB 05 crapaud

– Il y a un ogre dans cette histoire?

– Je ne crois pas…

– La maîtresse a dit que ça n’existe pas, les ogres.

– Ah ! Ben… si la maîtresse le dit !

La petite endormie et le livre refermé, il se rendit à la cave, ouvrit le congélateur et en sortit la blondinette précédente pour son repas du lendemain.

***

Le jet des dés a donné le 10 (échalas), le 8 (cave), le 7 (livre), le 5 (montgolfière) et le 4 (grenouille)

Posté par Joe Krapov à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Plus d’un tour dans ses bottes ! / Maïck conteuse

Maïck - Plus d'un tour dans ses bottes

Uriell, une fée Libellule, Elfe de la forêt profonde, se déplace gracieusement d’arbre en arbre. Elle volette de-ci, delà, saluant au passage, qui, Mme écureuil, là, Mr Pivert, ou encore, ici, Mademoiselle Mulot. Elle s’arrête pour un dire petit mot à tous ceux qu’elle connaît. D’ailleurs comme elle les connaît tous, elle n’avance pas très vite.

Pourtant, il faut se dépêcher, elle doit arriver à l’heure sur l’île d’Avalon, avant le coucher du soleil. Là, débute le rassemblement annuel des fées. Elle ne doit en aucun cas arriver en retard sous peine de … Brrr ! Elle préfère ne pas y penser : certaines de ses consœurs peuvent être très imaginatives dans leur cruauté !

Enfin, elle s’élance pour traverser le lac, au travers de la brume blanche.
Alors qu’elle émerge de ce profond rideau, du coin de l’œil, elle aperçoit un canoë, sur la grève de l’île.
Bizarre, il ne devrait pas y avoir d’humain à cette heure et surtout à cet endroit-là.
Puis au pied d’un arbre, une paire de bottes.

Elle s’approche, tourne autour, se pose sur le bord mais le cuir, trop souple, s’affaisse, s’effondre sous elle et la voilà tombée au fond de la botte.
Bouh, quelle odeur ! Elle remonte vite fait et ressort en secouant ses ailes.
Elle reprend ses esprits sur une branche de l’arbre. Vite elle n’a plus le temps !

Mais en s’envolant, elle voit sortir de la botte…oh ! Une autre fée Libellule !
Bon, pas le temps, elle file comme le vent. Mais l’autre la suit !
Elle fait volte-face pour éclaircir le mystère. Elle se trouve face à sa jumelle ! Ah ça ! Elle revient aux bottes. La jumelle se pose alors sur le rebord en cuir, qui s’effondre et… Deux fées jumelles en ressortent !
Voilà que l’une d’elle s’effondre aussi et pouf deux autres fées libellules … Et il en sort encore et encore !

Uriell ne sait plus quoi faire, ses pauvres petits sortilèges sont impuissants face à ce mystère. Elle s’envole alors vers le lieu de la rencontre des fées. Mais toutes les jumelles la suivent et c’est une nuée de fées Libellule qui arrive au milieu de l’assemblée. Bientôt toutes les fées se retrouvent entourées de milliers de fées libellules qui piaillent comme des oiseaux et semblent ne pas avoir de cervelle, pas de pouvoirs féeriques !

Les fées d’Avalon essaient tous leurs sortilèges, transformant les fées clones en tout ce qui leur vient : abeilles, mouches, scarabées, chats, chien, biches, serpents, sangliers, cerfs… et bientôt c’est une véritable invasion qui s’empare de l’île. Ça n’en finit pas car il y a toujours une fée clone qui sort de la botte.

Uriel ne pense qu’à fuir cette île envahie et fuir la colère de ses consœurs.
Elle s’envole comme une fusée vers le lac. Arrivée face au canoë, elle voit arriver un jeune homme qui court comme un dératé, pieds nus, poursuivi par une horde d’animaux. Elle se cache sous le banc.

Lui saute sur le canoë, s’empare de sa rame et s’agite comme un fou pour sortir de ce cauchemar. Finalement, malgré la brume épaisse, il atteint la rive opposée. Uriell sort de sous le banc, évite de peu un coup de rame.

Ouf, elle reprend son souffle, se retourne et … stupeur ! Il n’y a plus rien !
Eh oui ! Les sortilèges prononcés sur l’île ne peuvent traverser le lac. Elle le sait pourtant.

Songeuse, Uriell s’éloigne. Que s’est-il passé ? Tout à ses pensées, elle heurte une chouette, perchée sur la branche d’un chêne, immobile, tournée vers Avalon.

- Eh bien ! Il semble bien s’amuser ! »

La fée Libellule n’en croit pas ses oreilles, qui peut bien s’amuser comme ça, aux dépens des fées ?

- Devine… Qui peut mettre des fées en échec ? Merlin bien sûr ! Il ne faut pas lui en vouloir, il s’ennuie tellement depuis qu’il est enfermé là. Et en plus, ça ne lui déplaît pas de jouer un tour à sa fée-geôlière, Morgane. Ce n’est pas bien grave, ce n’était qu’un jeu ! »

- Mais le jeune homme ?

- Où ça, un jeune homme ? Où l’avez-vous vu ?

- Mais sur le canoë, et les bottes, ce sont les siennes, il était pieds nus !

- Ah, lui, il n’existe pas, ce n’est qu’un leurre, pour semer la confusion chez les fées. »

Soudain suspicieuse, Uriell demande :

- Mais comment savez-vous tout ça, vous, la chouette ? 

La chouette ne répond pas, elle s’envole vers le lac, et, se posant sur l’île, reprend sa forme initiale… MERLIN !

Posté par Joe Krapov à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le korrigan, la guitare et le dragon / Anne J.

Images pour conte MAB 31 paysanne

C'est une toute petite bonne femme avec un grand tablier à carreaux bleus et un petit chignon sur le haut de la tête. La toute petite bonne femme marche d'un pas triste sur une petite route de montagne qui serpente entre les champs et les bois. C'est l'automne et il commence à faire frais. La toute petite bonne femme est plongée dans ses pensées quand elle entend une petite voix qui appelle :

- Au secours ! Au secours ! Venez m'aider !»

Images pour conte MAB 11 lutinElle regarde partout, cherche dans l’herbe, écoute encore et finit par découvrir un petit korrigan attaché à un arbrisseau.

- Qu’est-ce que tu fais là, ligoté comme ça ?

- Détache-moi, je n'en peux plus, je t'en prie, fais vite !

La toute petite bonne femme détortille la corde autour du korrigan qui se masse les poignets et la remercie chaleureusement.

- Qu’est ce qui t'est arrivé ?

- Eh bien, vois-tu, je cherchais des pilules pour dormir la nuit - je souffre d'insomnie depuis l'hiver dernier et je n'arrive pas à dormir plus de 1 à 2 heures par nuit - alors je me suis dit que les marmottes avaient sûrement ce qu'il fallait. Je suis entré, dans le terrier là derrière mais la marmotte est revenue pendant que je farfouillais dans ses affaires et elle m'a vu. Et une marmotte en colère, ce n’est pas commode !! Alors elle m'a hurlé dessus et puis elle m'a coincé dans le fond du terrier, m’a saucissonné avec une corde et attaché là. Heureusement tu es passée par là.

- Oui c'est un hasard, je promène mon malheur ; je viens de perdre mon tout petit mari et je n'ai de goût à rien.

- Que puis-je faire pour toi ?

La toute petite bonne femme essuie ses yeux avec le coin de son tablier bleu et réfléchit un moment

Images pour conte MAB 23 guitare- Ce que j'aimerais c'est apprendre à jouer de la guitare mais toutes les guitares que l'on peut acheter sont bien trop grandes pour moi, je pourrais me cacher dans leur caisse, alors !

- Au pays des korrigans, je connais un endroit où on peut trouver des toutes petites guitares pour les toutes petites personnes, mais c'est loin. Si tu veux je t'emmène.

- Et on y va comment ?

- J'ai caché mon vélo dans le buisson là- bas. Viens !

Le korrigan sort du buisson un superbe vélo rouge avec des grandes sacoches vertes. Il attrape la toute petite bonne femme et d'un geste rapide la met dans la petite sacoche devant le guidon.

- Tu seras bien, là ! Tiens-toi au guidon, on y va !

Images pour conte MAB 09 véloEt les voilà partis. Le vélo roule, roule et arrive au pays des korrigans. On présente la toute petite bonne femme à des tas de petits bonhommes aux oreilles pointues, tous vêtus de rouge avec des petits bonnets et bientôt la toute petite bonne femme découvre un orchestre entier de korrigans jouant du violon, de la flûte, de la contrebasse, du saxo et de la guitare. Derrière l'orchestre il y a un tas d'instruments inutilisés et le korrigan se met à fouiller jusqu'à ce qu’il trouve une toute petite guitare qu'il propose à la toute petite bonne femme toute rose de bonheur.

- Oh merci ! Merci !

La toute petite bonne femme plaque quelques accords sur la guitare et un petit air s’échappe de l’instrument. Les korrigans applaudissent et invitent la toute petite bonne femme à jouer et à danser avec eux. Quand le jour se lève, les korrigans disparaissent et la toute petite bonne femme se retrouve seule au pied d'un rocher dans le soleil qui resplendit. Elle décide de s'allonger pour dormir un peu et serre contre elle sa toute petite guitare.

Quand la toute petite bonne femme se réveille, elle découvre à côté d'elle un œuf si gros qu'elle peut à peine en faire le tour avec ses bras. Elle cherche dans les alentours et ne voit rien, sauf une vieille petite brouette qui traîne derrière une maison en ruine.

Pas un seul habitant dans ce coin de montagne déserte ? La toute petite bonne femme reprend donc la route de sa maison après avoir mis dans la brouette sa toute petite guitare et l'énorme œuf avec lequel elle pense faire une grosse omelette en arrivant car la toute petite bonne femme adore les omelettes au fromage. La route est longue et le chemin difficile mais la petite bonne femme chantonne pour se donner du courage en pensant à tous les airs qu'elle va pouvoir jouer sur la petite guitare.

Quand elle arrive à la maison après plusieurs heures d’effort, elle s'aperçoit que l’œuf a bien souffert du voyage et que des petites fissures sont apparues à sa surface. Elle pose l'œuf précautionneusement sur le coin de la cheminée, le temps de ranger la toute petite brouette dans l'appentis et quand elle revient, l'œuf est brisé et un tout petit dragon est sorti, encore tout humide.

Images pour conte MAB 36 dragon

Il tient dans sa patte droite un tout petit violon et dans sa patte gauche un harmonica qu’il approche de sa bouche qui crache des flammes. Heureusement l'harmonica est en métal et bientôt une divine mélodie retentit dans la toute petite maison. La toute petite bonne femme accompagne à la guitare jusqu'à la tombée de la nuit. C'est alors que l'on voit arriver des dizaines de petits bonhommes vêtus de rouge avec des oreilles pointues et des petits bonnets, avec leurs instruments

La petite maison s'anime, on chante, on joue, on boit, on rit et ça fait beaucoup de bruit dans le voisinage.

C'est alors qu'on voit arriver une grosse marmotte en colère qui hurle :

- C’est bientôt fini, ce boucan ? Je voudrais dormir, moi !

Posté par Joe Krapov à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :